Mémoires d'un pays
Episodes Série Home


General History

  Plan de leçon - Feuille de calcul d'étudiant - Bibliographie/ressources
Épisode 39: Nicholas Austin : Pionnier en Estrie
Réalisation: Martin Duckworth

SYNOPSIS

Dans son merveilleux film Le royaume pacifique – Nicholas Austin, pionnier quaker, le réalisateur Martin Duckworth suit la quête personnelle de son fils Nicholas qui explore l’héritage quaker familial.

La famille Duckworth possède encore un chalet sur la terre concédée à leur ancêtre Nicholas Austin dans les années 1790. Cette magnifique terre constitue un lien tangible avec cet homme remarquable, qui a émigré des États-Unis pour venir fonder une colonie quaker au Canada.

En suivant Nicholas Duckworth, qui découvre l’héritage de son lointain ancêtre, nous comprenons les difficultés et les rêves des premiers colons quakers au Québec. Bien que la colonie envisagée par Nicholas Austin ne soit jamais devenue réalité, cet héritage de paix, de tolérance et de compromis s’est transmis de génération en génération et continue à marquer de son empreinte le village d’Austin.

IDÉES CLÉS

  • Explorer la vision des pionniers quakers tandis qu’ils tentent de créer une colonie pacifique au Canada
  • Comprendre les difficultés éprouvées par les quakers comme premiers pionniers européens au Canada
  • Examiner l’héritage durable des quakers dans le Canada moderne

TERMES CLÉS

  • Quakers
  • Pacifiste
  • Pionnier
  • Rébellion de 1837
  • Prix Nobel de la Paix
  • Royaume pacifique
  • Pacte de famille

OBJECTIFS

  • Examiner l’influence persistante de l’héritage quaker sur le Canada
  • Prendre conscience du prix à payer par les quakers pour garder la neutralité en temps de guerre
  • Comprendre les épreuves endurées par les premiers pionniers comme Nicholas Austin pour tirer leur subsistance d’un pays sauvage

ACTIVITÉS D'ÉTUDIANT

  1. Les quakers défendent depuis des siècles le droit à l’éducation, à l’égalité et à la justice sociale pour tous. Supposez que vous êtes un groupe de quakers. Divisez-vous en petites équipes et nommez quelques préoccupations ou problèmes dans votre propre communauté ou ville qui, selon vos croyances quakers, valent la peine d’être abordés ou défendus. En groupe (n’oubliez pas le compromis, la tolérance et l’égalité pour tous!), choisisses l’une des questions sur laquelle vous aimeriez travailler et dressez un plan d’action d’une page sur ce que vous pouvez faire, en tant que groupe, pour aider. Lorsque chaque groupe a terminé son travail (y compris son choix de question, la raison de ce choix et son plan d’action), il le présente à la classe. Les étudiants ont alors la possibilité de décider s’ils désirent continuer à travailler ensemble sur l’une des questions déterminées – en groupe ou comme volontaire en utilisant le plan d’action comme guide.
  2. Y a-t-il une Société des Amis dans votre communauté? Si c’est le cas, pensez à inviter l’un de ses membres à venir donner une brève conférence ou faire une présentation devant votre classe ou votre école. Les quakers sont fiers de leur histoire et prennent souvent plaisir à en parler, de même que de leurs préoccupations sociales actuelles. Si vous décidez d’inviter quelqu’un, planifiez soigneusement avec votre professeur la façon dont vous allez vous y prendre pour ce faire, le sujet de son exposé, les ajouts pouvant rendre sa visite agréable et ce que vous pouvez lui présenter (ou lui faire ou lui donner!) en remerciement de son temps et de sa contribution à votre travail scolaire.
  3. Depuis la Seconde Guerre mondiale, le Canada a la réputation d’être un pays de gardiens et d’artisans de la paix à la fois. Faites une petite recherche sur la signification possible de cette réputation. Croyez-vous qu’elle s’est développée à partir des premiers quakers? Lors de votre recherche, n’oubliez pas ce que le Canada a fait ces dernières années avec ses troupes dans les pays ravagés par la guerre, y compris en Bosnie et en Somalie. Qu’en est-il du Rwanda? Pensez-vous qu’un rôle de gardien ou d’artisan de la paix dans le monde est bon pour le Canada? Assurez-vous d’envisager comment vous vous sentiriez si vous étiez un Canadien envoyé pour maintenir la paix (souvent une mission dangereuse) dans un pays étranger situé à des milliers de kilomètres et que vous ne connaissez à peu près pas.
  4. La vue d’une femme médecin ne surprend peut-être plus personne aujourd’hui au Canada, mais cela n’a pas toujours été le cas. La quaker Emily Stowe a été la première femme médecin du Canada, mais elle a dû persister et lutter ferme pour obtenir son diplôme de médecin au Canada. Faites une recherche sur le rôle des femmes au milieu des années 1800 pour découvrir quels genres d’obstacle et de discrimination (non seulement scolaires) Emily Stowe aurait affrontés dans les années 1860. Tentez de découvrir les différences par rapport à aujourd’hui. Écrivez ou téléphonez à la faculté de médecine de l’université la plus proche pour obtenir des statistiques sur le nombre annuel d’hommes et de femmes diplômés depuis dix ans, puis il y a 20 ans. D’après vous, qu’est-ce qui a entraîné ce changement du nombre de femmes admises à l’école de médecine (l’école peut peut-être vous aider à ce sujet)? Croyez-vous qu’Emily Stowe serait contente des résultats de votre recherche?
  5. Le prestigieux et important Prix Nobel de la Paix est ordinairement attribué à une personne, mais en 1947, un groupe de quakers l’a reçu. Renseignez-vous sur l’histoire de ce Prix, sur sa raison d’être et sur quelques-unes des célébrités qui l’ont obtenu (y compris un premier ministre canadien) au fil des ans. Informez-vous des raisons pour lesquelles ce Prix a été attribué aux quakers, puis faites comme si vous en étiez le présentateur en 1947. En décernant le Prix aux quakers, expliquez brièvement les raisons pour lesquelles vous estimez qu’ils le méritent à juste titre.
  6. Aujourd’hui, il ne reste plus que 1 000 à 1 500 quakers au pays. Ils demeurent cependant d’ardents, et souvent puissants, défenseurs du changement social par des moyens pacifiques ici au Canada. Examinez certaines des causes sociales dans lesquelles les quakers sont actuellement engagés, et si vous êtes d’accord avec l’une ou l’autre ou la totalité de ces causes, essayez de découvrir ce que vous pouvez faire pour contribuer à rendre le monde meilleur comme eux.
  7. Personne n’admettrait jamais aimer la guerre ou y croire, mais bien des gens (et des pays) pensent qu’il est de leur devoir de prendre les armes pour soutenir leur cause lorsqu’ils y sont appelés, surtout pour se défendre ou pour préserver un mode de vie auquel ils tiennent. Toutefois, en raison de leurs croyances religieuses, les quakers estiment que la violence est odieuse en toutes circonstances et ils sont en conséquence des pacifistes.
  8. Divisez-vous en deux groupes et tenez un débat avec vos condisciples. Un groupe préconisera qu’il est juste et courageux de suivre la voie du pacifisme. L’autre groupe expliquera pourquoi il considère plutôt les pacifistes comme des lâches et des traîtres en des temps de désespoir. Pour soutenir votre argumentation, utilisez l’information que vous avez trouvée sur le rôle des pacifistes lors des deux guerres mondiales. En fin de débat, déterminez s’il y a un rôle à jouer à la fois pour ceux qui prennent les armes et pour les pacifistes dans un pays en guerre.