Mémoires d'un pays
Episodes Série Home


General History

 

Héritage

Le recensement de 1996 indique que 351 705 Canadiens sont de religion juive. C’est à Toronto qu’on les trouve en plus grand nombre puisqu’ils y sont 156 300. La plupart des juifs sont venus au Canada pour des raisons politiques plutôt qu’économiques, et leur effectif a grimpé de 200 % depuis 1927.(12)

Après la Seconde Guerre mondiale, le Canada a accueilli des « personnes déplacées » en provenance d’Europe. La discrimination qui avait terni la politique canadienne d’immigration a été abolie. Elle a été remplacée par une politique qui évalue les immigrants éventuels selon leur mérite et non selon des préjugés reliés à leur ethnie ou à leur religion. En 1971, le gouvernement fédéral a adopté un projet de loi qui faisait du Canada un pays officiellement multiculturel. Les provinces ont voté elles aussi des lois renforçant cette affirmation. Au cours des années qui ont suivi la Deuxième Guerre mondiale, il est devenu illégal de pratiquer la discrimination dans l’emploi et d’empêcher des groupes d’avoir accès à l’enseignement supérieur ou de faire partie d’associations.

Les descendants des immigrants juifs qui se sont établis au Canada ont prospéré. On compte dans leurs rangs des députés, des chefs d’entreprise et des fondateurs d’organismes. Ils ont contribué à la littérature canadienne et ont aidé le Canada à se définir en tant que nation.

Même si les survivants de l’holocauste sont aujourd’hui des personnes âgées, le fait qu’on ait voulu les exterminer n’a pas été oublié. Au cours des années 1980, des pressions ont été exercées pour qu’on traduise en justice les criminels de guerre nazis qui se sont cachés au Canada après la guerre. Des monuments, des conférences et des musées sont consacrés à l’holocauste, et des ressources sont mises à la disposition de la jeune génération qui craint que ces faits puissent se reproduire.(13)

Solly Lévy est venu au Canada pour des raisons politiques. Il a découvert à Montréal une culture effervescente et une qualité de vie qui l’ont amené à se sentir privilégié d’être Canadien. Avant 1967, il adorait le Maroc à cause des liens culturels qui existaient au sein de la collectivité ethnique, vaste et diversifiée qui s’épanouissait dans ce pays d’Afrique du Nord.

Lévy a eu la chance de trouver du travail comme enseignant dans son pays d’adoption. Cette carrière et ses travaux d’auteur dramatique, d’animateur de radio et d’écrivain lui ont permis de créer des rapprochements entre Canadiens. Il a réussi à trouver des terrains d’entente qui ont favorisé la communication entre nouveaux immigrants et Canadiens français de souche.

N O T E S

1, 2, 10 Jews An Account of Their Experience in Canada, par Edna Paris, MacMillan of Toronto, 1980

3, 4, 5, 6, 7, 9, 11 The Canadian Jewish Mosaic, par M. Weinfield, W. Shaffir et I. Cotler, John Wiley & Sons Canada Ltd., Toronto, 1981

8, 12, 13 L’Encyclopédie canadienne, édition 2000, directeur de la rédaction James H. Marsh, McClelland & Stewart Inc., The Canadian Publishers, Toronto (Ontario), 1999

précédent