Mémoires d'un pays
Episodes Série Home


General History

 

Héritage

Certains qualifient John Giordmaine de « plus grand magicien du Canada », titre que lui-même contestait. Peut-être une partie de sa grandeur ne tient-elle pas tant à ce qu’il a fait ou, dans le cas de ses tours, à ce qu’il semblait faire, qu’à la réalisation de ses rêves. Il aurait pu continuer à travailler à la Swift Packers. Bien des gens ont dû penser qu’il était fou de quitter un emploi stable en pleine Grande Crise. Il a voulu réaliser son rêve, qu’il entretenait depuis son enfance à Malte, de devenir magicien. C’est grâce à cette recherche de la magie qu’il a mis de la gaieté et des rires dans la vie de tant de gens. Il est devenu un favori de la famille des Eaton et a ouvert au cinquième étage de leur magasin une boutique qu’il a exploitée pendant trente ans. Il exécutait également ses tours lors des réunions privées des Eaton.

Même après plus de cinquante ans au Canada, Giordmaine n’a jamais perdu son accent maltais, et lorsqu’il parlait de son île natale, il inventait un récit de magie peuplé de faucons et de chevaliers. Pour John Giordmaine, les aspects les plus importants de la magie et des récits étaient parfois ce que l’œil ne peut pas voir et ce que l’imagination peut créer.

La communauté maltaise au Canada a apporté sa contribution aux arts et à la littérature. Nombre de Maltais sont aujourd’hui des enseignants et des avocats qui se sont intégrés à la société canadienne. Ils gardent contact avec la communauté maltaise grâce aux associations et sociétés. La Malta Society of Toronto est la plus ancienne en Amérique du Nord. Les Chevaliers de Malte se sont perpétués jusqu’à nos jours, et leur présence est très évidente lors de parties de football, de défilés et de manifestations publiques. L’Ambulance Saint-Jean est une ramification directe des Chevaliers de Malte.

Par la contribution qu’ils apportent par la magie, l’enseignement ou leur seul sens civique, les Maltais comme John Giordmaine ajoutent beaucoup de couleur à la mosaïque canadienne.


N O T E S

1,2,3,5,10 Maltese Canadian Society of Toronto, Inc., Publication du 75e anniversaire 1922-1997. « A Brief History of Early Maltese in Toronto », par Richard S. Cumbo, O.S.J.

4,11 « The Origins of St. Paul the Apostle Maltese-Canadian Parish », par George F. Pace. Histoire de la paroisse Saint-Paul apôtre, http://www.intiss.com/st.paul/history.html#history

6,8 Metro”s Invisible Minority : The 20,000 Adaptable Maltese’, par Joe Serge, Toronto Star, 14 juin 1974

7 L’Encyclopédie canadienne, vol. II, Hurtig Publishers, Edmonton, 1988

9 Henry Formosa, président de la Maltese Canadian Federation.

précédent