Mémoires d'un pays
Episodes Série Home


General History

  HISTOIRE DE L'IMMIGRATION

Antonio Martues Teixeira da Silva est né dans le village de Vila Nova de Gaia, près de la ville de Porto. En 1919, à l'âge de 13 ans, il quitte secrètement le Portugal en s'embarquant clandestinement à bord d'une goélette en partance pour Terre-Neuve.

On croit que des explorateurs portugais, animés par le même goût intrépide de l'aventure, ont été parmi les premiers Européens à apercevoir la terre qui est devenue le Canada. Joao Vaz Corte-Real a atteint la côte Est du Canada en 1470. Joao Fernandes et Pedro de Barcelos sont venus en 1493. Miguel et Gaspar Corte-Real ont péri dans les eaux de Terre-Neuve en 1501 et 1502. Cette présence des Portugais qui remonte à aussi loin est attestée par de nombreux noms de lieux comme Labrador, tiré du portugais " lavrador ", qui signifie petit propriétaire terrien ou fermier.(1)

Au cours des 500 ans qui séparent l'arrivée au Canada des explorateurs portugais et celle d'Antonio da Silva, seuls quelques pêcheurs portugais se sont établis sur la côté atlantique. Ils étaient attirés dans les eaux canadiennes par l'abondance de la morue, denrée de base de leur alimentation. Au XXe siècle, un certain nombre de pêcheurs de morue ont commencé à aborder la côte pour y rester. Ils auraient été 6000 en 1935.(2)

Ce n'est que dans les années 1950 que l'immigration portugaise a commencé à s'intensifier. Jusque-là, les Portugais appartenaient au groupe non privilégié d'immigrants éventuels, conformément aux politiques d'immigration de l'époque.(3)

En 1953 et 1954, 1 129 hommes portugais sont arrivés au Canada. La plupart venaient des Açores et avaient été recrutés dans le cadre de programmes de travail parrainés par le gouvernement canadien, en raison de la pénurie de travailleurs non spécialisés.(4)

On considérait également que le Portugal pouvait fournir des travailleurs agricoles, alors en grande demande. En même temps, ce pays était aux prises avec un problème de chômage et cherchait des destinations avantageuses pour ses démunis.(5)

En 1957, 8 115 Portugais avaient immigré. Les effectifs ont augmenté régulièrement de cette époque jusqu'aux années 1980 : entre 1958 et 1962, 16 731 ont immigré; entre 1963 et 1967, 32 473; et de 1968 jusqu'au cours des années 1970, plus de 55 000.6 La population actuelle des Portugais au Canada est estimée à près de 300 000.(7)

Après la recherche de travail au Canada qui avait attiré la première vague de Portugais, c'est la réunion des familles qui constituait le motif le plus courant pour immigrer. Exception faite des premiers immigrants qui se sont établis sur la côte Est du Canada, la plupart des Portugais se sont dirigés vers les grandes villes de l'Ontario, du Québec ou de la Colombie-Britannique.(8)

La volonté de réunir les familles explique également la concentration des effectifs portugais dans certaines régions comme Toronto.(9) En fait, il est estimé que 51 % des immigrants au Canada qui indiquent que leur langue maternelle est le portugais vivent à Toronto. Kitchener, en Ontario, compte également une forte proportion de Portugais. La seule concentration de Portugais en région rurale est signalée dans les fermes fruitières du sud de la vallée de l'Okanagan, en Colombie-Britannique.(10)


Notes En Fin De Texte:

1, 6, 8, 10, 19, 22
The 1998 Canadian & World Encyclopedia
(Toronto, McClelland & Stewart, 1998).

2, 5, 9, 20, 21, 23
A Future to Inherit: The Portuguese Communities of Canada,
par Grace M. Anderson et David Higgs
(Toronto, McClelland & Stewart, 1976).

3, 4, 7, 11, 12, 18
A Canadian Profile: Toronto's Portuguese and Brazilian Communities
(Toronto, Portuguese Interagency Network, 1995).

13, 14, 15, 16, 17
Portuguese Immigrants: 25 Years in Canada,
par Domingos Marques et Joao Medeiros
(Toronto, Portuguese Community Movement, 1978).


précédent - - prochain