Mémoires d'un pays
Episodes Série Home


General History

  HÉRITAGE

Jane Aberson a contribué à faire venir au Canada un bon nombre d'immigrants industrieux. Ses descriptions réalistes des caractéristiques et de la beauté de la vie canadienne ont rempli les pages des journaux et fait l'objet de conférences partout aux Pays-Bas pendant les premières décennies du siècle. Elle dépeignait la réalité, sans verser dans les descriptions idylliques d'un Canada où l'argent poussait avec le blé. Les résultats parlent d'eux-mêmes : les Néerlandais constituent le dixième groupe ethnique en importance au Canada, un peu grâce à Jane Aberson. C'est cette présence des Néerlandais en si grand nombre qui représente l'élément le plus marquant de leur héritage. En dépit de leur nombre, les Néerlandais se sont faits relativement discrets au pays; ce sont les immigrants invisibles. Cet effacement était toutefois plus le fruit d'une volonté que du hasard. La plupart des immigrants néerlandais et de leurs enfants recherchaient le compromis, l'intégration et même l'assimilation. Ils ont toutefois conservé les vertus de la loyauté familiale et de la solidarité entre collectivités, ainsi que les doctrines et les expressions du calvinisme néerlandais(16).

Pour bien des groupes d'immigrants, la préservation de la langue maternelle est un moyen de préserver leur identité culturelle. Les Néerlandais font exception à cet égard - leur langue maternelle a été en grande partie abandonnée. En fait, on incitait ceux qui allaient quitter les Pays-Bas à suivre des cours de conversation anglaise. Le gouvernement néerlandais et les sociétés qui encourageaient l'émigration insistaient sur l'importance de savoir parler l'anglais couramment. L'intégration était considérée comme souhaitable sur le plan tant économique que social. Comme de nombreux groupes d'immigrants, les Néerlandais au Canada se sont montrés intéressés récemment à la renaissance de leur langue et de leur culture. À titre d'exemple, l'organisation DUCA de Toronto offre un enseignement en néerlandais à ses membres et à leurs enfants(17).

Plusieurs éléments et repères culturels du patrimoine néerlandais subsistent néanmoins. On conservait souvent le nom de famille, moyen d'identification important, et l'on choisissait de ne pas le modifier puisqu'en général il n'était pas trop difficile à prononcer. Les entreprises néerlandaises sont souvent identifiées par le nom de leur propriétaire, les biscuits Voortman par exemple, ou par la prédominance du logo illustrant un moulin à vent. De même persiste la réputation de propreté, de travail acharné et d'acceptabilité qui est associée à tout ce qui est néerlandais et qui explique le succès de nombreuses entreprises de nettoyage à sec, par exemple, lesquelles ne sont pas toutes réellement d'origine néerlandaise(18).

Ces dernières années, avec l'aide du programme multiculturel du gouvernement fédéral, les clubs de Canadiens néerlandais se sont multipliés et ont participé à l'organisation de festivals ethniques à Winnipeg, Toronto et Calgary. Les clubs sociaux organisent avec succès des manifestations et soutiennent des groupes comme des chorales et des troupes de danse. L'Association canadienne d'études néerlandaises s'efforce d'encourager l'étude du rôle joué par les Néerlandais dans le monde et la participation à des événements culturels canadiens.


Notes En Fin De Texte:

1,4,5,8,10,11,12,13,15,16,17,18
A Bittersweet Land, The Dutch Experience in Canada, 1890-1980,
par Herman Ganzevoort
(McClelland and Stewart, Toronto, 1988).

2,3,7,9,14
The Canadian & World Encyclopedia
(McClelland & Stewart, Toronto, 1998).

6
From the Prairies with Hope,
par Jane L. Aberson
(Canadian Plains Research Centre, Regina, 1991).


précédent