Mémoires d'un pays
Episodes Série Home


General History

  HISTOIRE DE L'IMMIGRATION

Binh Lai est arrivé au Canada à l'âge de 17 ans, accompagné de son père, de sa mère et de son frère Bao. La famille Lai faisait partie des " réfugiés de la mer " de l'exode de 1978. La guerre du Vietnam s'était terminée deux ans plus tôt et 250 000 Vietnamiens d'origine ethnique chinoise se voyaient forcés de fuir leur terre d'adoption ravagée par vingt années de guerre civile et de famine. Environ 40 000 d'entre eux ont péri en mer. Plus de 60 000 réfugiés vietnamiens ont trouvé asile au Canada.
Ce n'est que depuis l'exode de 1978 que les Indochinois (provenant notamment du Vietnam, du Laos et du Cambodge) arrivent au Canada en nombre appréciable. Un faible contingent d'Indochinois s'y est établi entre les années 1950 et 1970. Bon nombre de ces premiers immigrants étaient des étudiants. En 1970, on comptait à peine 1200 Vietnamiens au Canada, installés pour la plupart au Québec. En 1977, leur effectif atteignait seulement 6000(1).

Ce sont la défaite américaine au Vietnam et la chute du régime Thieu au début de 1975 qui ont précipité l'exode des Vietnamiens. À cette époque, le Canada a immédiatement accordé le statut de résident permanent à environ 4000 Vietnamiens déjà au pays. De plus, le gouvernement canadien a dressé la liste de 14 000 parents de citoyens et de résidents permanents originaires du Vietnam qui se trouvaient encore dans ce pays. Une lettre a été envoyée à ces gens leur indiquant que ce seul document leur permettrait d'entrer au Canada. En 1977, comme des milliers de réfugiés attendaient de pouvoir se réétablir, le Canada s'est engagé à accueillir 50 familles par mois. Cette limite a été portée à 70 en 1978. La situation s'étant détériorée à l'automne 1978, le gouvernement canadien a subi des pressions de plus en plus fortes pour qu'il accepte davantage de réfugiés et a convenu d'admettre 608 des 2500 réfugiés voyageant à bord du cargo Hai Haong(2).

À la fin de l'exode, on comptait environ 10 000 Indochinois au Canada, établis à Montréal, Toronto, Calgary, Edmonton et Vancouver. Comme la situation au Vietnam est devenue de plus en plus désespérée au cours des deux années subséquentes, le Canada a réagi en accueillant 60 000 réfugiés et immigrants de catégories désignées(3).

Des groupes privés de Canadiens ont parrainé plus de 32 000 réfugiés vietnamiens. Au-delà de 6000 familles canadiennes ont offert leur aide. Plus de la moitié de ces groupes de répondants étaient associés à des Églises et à des organisations religieuses. On estime que les groupes catholiques, mennonites, de la Christian Reformed Church et de l'Église unie se sont chargés à eux seuls de 48 % de tous les réfugiés parrainés par le secteur privé(4).

C'est ainsi que les Lai ont commencé une nouvelle vie au Canada. La famille Bessai d'Edmonton, en Alberta, avait entendu parler de la misère des réfugiés de la mer vietnamiens par le biais d'un mouvement organisé par leur église et destiné à soutenir les réfugiés. Les Bessais ont décidé de parrainer une famille parce qu'ils croyaient qu'il était important de le faire.

Après l'arrivée massive des réfugiés de la mer vietnamiens à la fin des années 1970, nombre d'Indochinois ont continué d'affluer au Canada en tant que réfugiés ou immigrants de catégories désignées : 24 000 du Vietnam et plus de 12 000 d'autres pays de l'Asie du Sud-Est comme le Laos et le Kampuchea. Un nombre croissant de Vietnamiens sont également entrés au Canada aux termes des procédures d'immigration ordinaires. La population d'immigrants vietnamiens a continué de croître dans les années 1980. Depuis leur arrivée, et en particulier durant les dix dernières années, les Asiatiques du Sud-Est au Canada ont tenté de réunir leurs familles(5).


Notes En Fin De Texte:

1, 3, 4, 5, 8, 9, 10, 11, 12, 13
The Canadian & World Encyclopedia
(McClelland & Stewart, Toronto, 1998)

2
From Being Uprooted to Surviving: Resettlement of the Vietnamese « Boat People »,
par Lawrence Lam
(York Lanes Press, Toronto, 1996)

6,7
Uprooting, Loss and Adaptation: The Resettlement of Indochinese Refugees in Canada
(Dwok B. Chan et Doreen Marie Indra, éd., Association canadienne de santé publique, Ottawa, 1987)


précédent - - prochain