Mémoires d'un pays
Episodes Série Home


English

SONS AND DAUGHTERS: The Italians of Schreiber
Immigration History
Obstacles:

Comme Cosimo Figliomeni, beaucoup d'Italiens ont immigré au Canada avec l'espoir d'améliorer leur situation économique et sociale. Mais ils n'ont pas tous réussi. En 1901, une série d'articles a paru dans un journal de Milan, décrivant un réseau de passeurs sans scrupules qui recrutaient des immigrants pour Montréal et le Nord canadien. Des travailleurs ont souvent été trompés et se sont retrouvés dans des camps de travail ou au chômage et dans la misère, dans les grandes villes du Canada. En 1902, le commissariat général pour l'immigration de Rome a envoyé un commissaire au Canada pour faire un rapport sur la situation des travailleurs italiens. Le rapport concluait que l'exploitation dont faisaient l'objet les Italiens était suffisamment grave pour que leur migration soit interrompue jusqu'à ce que la situation se soit améliorée (5).

Après la Première Guerre mondiale, c'est le gouvernement canadien qui a pris des mesures pour restreindre l'immigration. Il a adopté de nouvelles dispositions législatives pour réduire le nombre d'immigrants en provenance de l'Europe, ce qui a fait diminuer le nombre d'Italiens arrivant au Canada. Pendant les années de la Dépression, les années 1930, il n'y a pratiquement pas eu d'immigration. Avec des milliers de Canadiens en chômage, le gouvernement ne pouvait encourager l'immigration. En outre, le gouvernement italien dirigé par le dictateur Benito Mussolini décourageait l'immigration vers l'Amérique du Nord. De ce fait, quelques centaines seulement d'Italiens ont immigré au Canada entre 1925 et 1946 (6).

Les Canadiens d'origine italienne ont survécu au chômage et aux privations de la Grande Dépression grâce à de solides réseaux d'entraide familiale et à de rigoureuses mesures d'économie. Leur situation s'est aggravée en 1935, toutefois, lorsque l'hostilité des Canadiens à l'égard du fascisme s'est retournée contre les Canadiens d'origine italienne, dont beaucoup sympathisaient avec Mussolini. Après l'alliance de l'Italie avec l'Allemagne, pendant la Deuxième Guerre mondiale, les Canadiens d'origine italienne ont été désignés comme des « sujets d'un pays ennemi » et ont été victimes de discrimination et de préjugés largement répandus (7). Des hommes ont perdu leur travail, des boutiques ont été vandalisées et certaines villes ont refusé un emploi dans l'administration municipale ou des allocations de bien-être à des personnes portant un nom italien (8). Les libertés civiles ont été suspendues en vertu de la Loi sur les mesures de guerre, et des centaines de Canadiens d'origine italienne ont été internés au camp de Petawawa, dans le nord de l'Ontario. Certains de ces Italiens étaient des fascistes militants, mais beaucoup ne l'étaient pas, et ce sont surtout ces derniers et leur famille à qui on a refusé de l'aide ou qui ont subi le gros des hostilités. Par la suite, beaucoup d'Italiens ont anglicisé leur nom et renié leurs origines italiennes (9).

Endnotes:

5,6,7,9 - The 1998 Canadian & World Encyclopedia
(McClelland & Stewart, Toronto, 1998).

8 - The Italian Canadians
par Rocco Mastrangelo (Van Nostrand Reinhold Ltd, Toronto, 1979).

précédent - - prochain