Mémoires d'un pays
Episodes Série Home


English

ACADIAN SPIRIT: The Legacy of Philippe d'Entremont
Immigration History


Painting par Maurice LeBlanc
Philippe Muis d'Entremont débarque en Nouvelle-Écosse en 1649, avec sa femme et ses trois enfants. Il sait lire et écrire, ce qui le rend apte à gouverner. Quatre ans plus tard, en 1653, il fonde le village acadien de Pubnico, où les Acadiens s'installeront à demeure. De nos jours encore, ils y sont bien enracinés.

Dès le début du XVIIe siècle, les pionniers Samuel de Champlain et Pierre du Gua, sieur de Monts, ont tenté d'établir une colonie à cet endroit. En fait, les origines les plus lointaines de l'Acadie remontent à 1604, à l'arrivée de colons français en quête de fourrures. Mais le rude hiver nord-américain les force à retourner au climat plus tempéré de la France. Il y a également un autre obstacle à la colonisation : les querelles et les affrontements entre colonies de part et d'autre de la frontière. Cette rivalité entre la France et l'Empire britannique provoquera ultimement une migration d'un autre genre, imposée celle-là : le Grand Dérangement de 1755. Les sempiternelles disputes entre ces deux empires tout comme les conditions de vie difficiles joueront un rôle crucial dans l'évolution de la culture et de l'histoire de l'Acadie (1). Mais en dépit de toutes ces complications, l'émigration vers le Nouveau Monde continue.

La plus importante vague d'immigrants français à débarquer en Acadie est survenue peu avant l'arrivée de d'Entremont. En 1632, le commandant de Razilly quitte la France avec 300 hommes, bien déterminé à coloniser l'Acadie. De 1632 à 1636, d'autres colons, moins nombreux ceux-là, hommes et femmes, débarquent peu à peu en Acadie pour prêter main-forte à ceux qui les ont précédés. Vers le XVIIIe siècle, la population acadienne établie le long du Saint-Laurent et de la côte atlantique atteint près de 15 000 habitants(2).

Notes en fin de texte :

1,2 - The Acadians
par Barry Moody (Grolier Limited, Toronto, 1981).

précédent - - prochain