Mémoires d'un pays
Episodes Série Home


English
THE FORCE OF HOPE: The Legacy of Father McGauran
Immigration History

Bernard McGauran quitte le comté de Sligo, en Irlande où il habitait, dans les années 1830. Personne ne connaît la date exacte. Il arrive au Canada enfant et il est ordonné prêtre à Sainte-Anne-de-la-Pocatière, au Québec, en 1846(1). Un an plus tard, la famine irlandaise chasse des milliers d'émigrants découragés vers le Québec et sous les soins du père McGauran. Cependant, le père McGauran est arrivé avant la famine irlandaise et fait partie de la première et de la plus importante vague d'immigration irlandaise au Canada, soit la période se situant entre 1825 et 1845(2).

Bernard McGauran quitte le comté de Sligo, en Irlande où il habitait, dans les années 1830. Personne ne connaît la date exacte. Il arrive au Canada enfant et il est ordonné prêtre à Sainte-Anne-de-la-Pocatière, au Québec, en 1846(1). Un an plus tard, la famine irlandaise chasse des milliers d'émigrants découragés vers le Québec et sous les soins du père McGauran. Cependant, le père McGauran est arrivé avant la famine irlandaise et fait partie de la première et de la plus importante vague d'immigration irlandaise au Canada, soit la période se situant entre 1825 et 1845(2).

Bien des gens pensent que 1847, année de la famine irlandaise, est l'année de l'arrivée « des immigrants irlandais au Canada ». Mais on estime que 475 000 Irlandais étaient déjà arrivés en Amérique du Nord britannique avant cette date. C'est cette première vague d'immigrants irlandais qui allait développer le Canada irlandais et établir les fondations culturelles les plus importantes(3).

Un premier épisode d'émigration a lieu deux décennies avant la famine. L'économie irlandaise se porte alors mal, tandis qu'il y a une explosion démographique. Les immigrants viennent principalement des comtés du nord de l'Irlande comme l'Ulster, Connaught Nord et Leinster Nord. Ce sont des gens de la classe moyenne qui peuvent s'offrir la traversée et avoir une seconde chance de bâtir un avenir meilleur. L'émigration se fait de façon ordonnée; la plupart des émigrants viennent en famille, mais il y a aussi des célibataires, hommes et femmes. La majorité de ces nouveaux venus ne s'arrêtent pas à Terre-Neuve ou à Halifax, mais plutôt au Nouveau-Brunswick, au Québec et en Ontario, suivant les voies commerciales traditionnelles entre le Canada et l'Angleterre(4).

Notes en fin de texte:
1 - Les témoins parlent : Grosse-Île, 1847
par Marianna O'Gallagher(Carraig Books, Sainte Foy, Québec, 1995).

2,4 - The Irish in Canada, Volume I
par Robert O'Driscoll et Lorna Reynolds (Celtic Arts of Canada, Toronto, 1988).

3 - The 1998 Canadian & World Encyclopedia
(McClelland & Stewart Inc., Toronto, 1998).

précédent - - prochain