Mémoires d'un pays
Episodes Série Home

English

A LAND AS GREEN AS THE SEA
The Filles du Roi

Une terre verte comme la mer est une adaptation d'une vieille chanson d'émigrants écossais, portant leur rêve d'un nouveau monde. Elle décrit de façon pertinente les prairies ondulées que la grand-mère de Tom Radford, Gertrude Hogg, a dû voir de la fenêtre du train qui l'a amenée dans l'Ouest en 1905, l'année même où l'Alberta est devenue une province. Lorsque Gertrude est arrivée à Edmonton, elle a apporté le seul bien auquel elle tenait, son piano. Contre vents et marées, la musique avait suivi la famille pendant sa migration d'Écosse échelonnée sur un siècle.

Dans "Une terre verte comme la mer", Tom Radford a retracé cette musique jusqu'en Écosse. Il voulait savoir pourquoi cette musique avait tant d'importance. Il a découvert que les Écossais avaient été des combattants célèbres : les Black Watch et les Scottish Greys étaient menés au combat par leurs cornemuseurs. La musique a aussi accompagné les Écossais en exil - lorsque les émigrants sont embarqués à bord de navires, ils pleuraient et chantaient, faisant leurs adieux à une terre qu'ils savaient qu'ils ne reverraient jamais plus.

La musique celtique est présente dans les sagas anciennes, les textes médiévaux et même dans les oeuvres de Dante et de Shakespeare - ce qui atteste de l'importance de la musique, à la fois vocale et instrumentale, dans la culture et le folklore celtiques (1).

Les principaux instruments associés à la musique celtique sont la harpe, la cornemuse et le violon. La harpe est répandue dans toutes les régions celtiques. Les joueurs de harpe, dont un grand nombre sont aveugles, abondent en Irlande, au pays de Galles et en Écosse jusqu'au XVIIIe siècle, époque où les changements politiques, religieux et sociaux menacent d'extinction la langue et la culture celtiques. La harpe était un instrument d'accompagnement de même qu'un instrument joué en solo. C'est le premier instrument utilisé pour mener les Highlanders au combat jusqu'à ce qu'il cède ce rôle à la cornemuse après la bataille de Harlaw en 1411. Les joueurs de harpe méprisaient les adaptations de leur musique pour la cornemuse à cette époque et ultérieurement pour le violon, instrument qu'ils considéraient comme inférieur (2).

La cornemuse a une longue tradition dans la société celtique. Qu'il s'agisse des grandes et des petites cornemuses écossaises ou des cornemuses irlandaises, toutes avaient leur propre musique et sont encore très présentes dans la culture de leur région d'origine. La tradition du violon est plus récente. Le violon était bien connu en Écosse avant 1680, mais il s'est amélioré et enrichi grâce à la popularité croissante de la danse au XIXe siècle. Des partitions de chansons populaires ont été adaptées pour en faire une musique de danse et ont été transcrites et non transmises oralement, contrairement à d'autres formes de culture traditionnelle. L'Irlande a, elle aussi, une tradition bien établie de musique de violon. Dans les deux pays, comme au Canada, le violon a connu une popularité phénoménale au cours des deux dernières décennies (3).

Au Canada, il y a eu préservation et essor de la musique celtique authentique là où les langues celtiques ont été maintenues. Les Écossais des Highlands, en particulier, ont continué pendant des générations à chanter les chansons de leurs ancêtres, auxquelles ils ajoutaient leurs propres compositions reflétant leur bonne fortune dans le Nouveau Monde(4).

Cela aurait été le genre de musique que les grands-parents de Tom Radford lui auraient appris lorsqu'il était jeune - des chansons transmises de génération en génération, et adaptées aux expériences et aux espoirs au fil du temps. Jusqu'à ce jour, Tom Radford continue de trouver des versions de musique celtique aux endroits les plus inattendus. Par exemple, chez les propriétaires de ranch du sud de l'Alberta, Tom Radford a découvert les racines celtiques de la musique de cow-boy. Il y a plusieurs années, un de ses amis lui a donné le texte d'une chanson intitulée « Farewell to Coigach », qui est, croit-on, la seule chanson de cow-boy écrite en gaélique qui a survécu en Amérique du Nord.

L'immigration écossaise s'est échelonnée du début du XVIIIe siècle jusqu'au XXe siècle. Les derniers immigrants, comme la grand-mère de Radford - les commerçants de bestiaux du vieux pays - ont amené leur musique gaélique avec eux jusque dans l'Ouest. Les temps étaient durs et ils ont décidé de se diriger vers l'Ouest pour devenir des cow-boys. Ils se sont rendus à la ville en profitant d'occasions ou en marchant tout simplement, ont pris le train à Glasgow, et, enfin, le bateau. Ils sont arrivés dans l'Ouest américain à des endroits comme Billings, au Montana.

Ces Highlanders déracinés avaient l'habitude de chanter leurs chansons celtiques la nuit pour apaiser le bétail ou, dans d'autres cas, pour calmer leur mal du pays. Une fois par mois ou à peu près, ils allaient en ville jouer un ceilidh. C'étaient des gens tenaces, tenaces et déterminés. Ils avaient un but. Ils venaient s'établir dans un nouveau pays pour vivre une vie nouvelle, et leur musique a été pour eux une bouée de sauvetage.

La musique, comme s'en est rendu compte Tom Radford, était vraiment au coeur de tout ce que faisaient les Écossais. Même si la langue et les traditions écossaises n'ont pas toujours survécu partout en Amérique du Nord, la musique celtique - avec ses cornemuses et sa danse des Highlands - est demeurée le symbole privilégié de la culture qui a été préservée. Lorsque la mère de Radford est née en 1908, la famille se considérait simplement comme canadienne et non plus canadienne-écossaise. Mais il y avait toujours la musique. Gertrude Hogg était une pianiste accomplie et a joué avec l'Orchestre symphonique de Toronto. Arrivée dans l'Ouest avec son piano qui la suivait derrière elle, il n'y a jamais eu, à partir de ce moment, une réception qui ne s'est pas terminée autour du piano.

Notes en fin de texte:
1-4 - The 1998 Canadian & World Encyclopedia
(McClelland & Stewart, Toronto, 1998).